Depuis quelques mois, la flambée des crytommonaies a fait réagir la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP).
Le Bulletin Officiel des Finances Publiques - Impôts s'est ainsi doté d'une rubrique concernant le régime fiscal applicable aux Bitcoins. Elle semble  transposable à l'ensemble des cryptomonnaies
Ainsi, selon l'administration fiscale, le fait de détenir de la cryptomonnaie n'est pas imposable. En revanche, elle rappelle, par le biais du ministre des Comptes Publics Gérald Darmanin, que le fait de convertir cette monnaie en monnaie "la fiscalise".
Les gains réalisés grâce à la revente de cryptomonnaies doivent donc être déclarés.

Comment sont imposés ces gains?
Les gains réalisés ne sont pas considérés comme des revenus mobiliers comme cela est le cas pour les actions par exemple.
Ainsi les plus-values ne sont pas soumise à la "Flat tax" de 30% en vigueur depuis le 1er janvier 2018 (http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/62903-flat-tax-definition)

L'administration fiscale s'intéressant de très près aux cryptomonnaies, les règles d'imposition sont susceptibles d'évoluer dans les mois ou années à venir.
Actuellement, la situation est la suivante:
- les gains sont soumis à la Contribution sociale généralisée (CSG): 17,2% du montant.
- Si l'activité est exercée à titre exceptionnel, les gains sont soumis à l'impôt sur le revenu (IR) dans la catégorie des Bénéfices non commerciaux (BNC): le taux peux s'élever jusqu'à 45% en fonction de la tranche à laquelle appartient le contribuable.
- Si l'activité est exercée à titre habituel, elle relève du régime d'imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
- Concernant les contribuables assujettis à l'Impôt de solidarité sur la Fortune (ISF): "les unités de compte virtuelles stockées sur un support électronique entrent dans l'assiette de l'impôt de solidarité (ISF) définie par l'article 885 E du code général des impôts (CGI) et doivent ainsi figurer dans la déclaration annuelle d'ISF des redevables qui en possèdent."

Existe-t-il des abattements?
Si les gains sont inférieurs au seuil du régime micro-BIC (82800€) ou micro-BNC (33200€), alors il est possible de bénéficier:
- d’un abattement de 34% pour les activité non commerciales (BNC)
- d’un abattement de 50% pour les activités commerciales (BIC)
Cet abattement ne peut pas être inférieur à 305€

L'imprécision des règles:
Les règles d'imposition ne sont pas encore bien adaptées au cas de figure des crypto monnaies compte tenu des spécificités de ces dernières.
Ainsi, quand est il du cas d'échange de cryptomonnaies en elles? du transfert des portefeuilles de cryptomonnaie entre personnes? quelle est la situation pour les mineurs?
On peut espérer que l'administration fiscale apportera des précisions ou simplifiera les règles à l'avenir.
Dans tous les cas, la France n'a pas intérêt à surtaxer les cryptomonnaies (au risque de faire fuir la capitaux à l'étranger) et les règles deviendront vraisemblablement plus favorables.

Comment calculer ses gains?
Il s'agit de l'une des plus grosses zones d'ombre concernant les règles d'imposition des plus-values sur les cryptomonnaies. Il appartient aux contribuables de calculer leur gains.
Mais comment?
Dans le cas d'achat sur une plateforme d'échange:
Si le contribuable détient plusieurs cryptomonnaies, qu'il a acquis en plusieurs fois (pratique du day trading), sur quels éléments se baser?
En l'état actuel, le plus judicieux (et avantageux) serait sûrement de prendre en compte:
- le montant total des ventes de cryptomonnaies reversé sur le compte bancaire du contribuable
- d'en retirer le montant d'acquisition au tarif le plus élevé.

Exemple:
Un contribuable a acheté
-  2 bitcoins en février 2017 pour un montant de 1000€ / BTC
- 10 bitcoins en août 2016 pour un montant de 500€ / BTC
- 10 ethereum en mai 2017 pour un montant de 80€ / ETH
-  5 ethereum en septembre 2017 pour un montant de 200€ /ETH

Il vend 3 Bitcoins en septembre 2017 (pour 3500€ / BTC) et 6 Ethereum (pour 600€ / ETH) en décembre 2017.
Il va transférer sur son compte bancaire le montant de la vente moins les frais de transaction soit:
( 3 x 3500 ) + (6 x 600) = 14 100€

Pour calculer la plus-value, on retranche le coût d'acquisition (au tarif le plus élevé):
2 BTC à 1000€ et 1 BTC à 500€ (le contribuable en a acheté seulement 2 au tarif de 1000€)
5 ETH à 200€ et 1 ETH à 80€
soit: (2 x 1000) + (1 x 500) + (5 x 200) + (1 x 80) = 3 580€

La plus-value serait donc de 14100 - 3580 = 10 520€

Dans le cas du minage de cryptomonnaies:
Pour le moment, l'administration fiscale ne semble pas prévoir les frais liés à la consommation électrique et l'acquisition de matériel.
Il semble impossible de faire une distinction entre ces coûts annexes liés au minnage et ceux liés aux activités quotidiennes du contribuable.
Comment calculer la part de consommation électrique du matériel servant à miner? De plus ce matériel n'est pas forcément une utilisation exclusive au minage.
En l'état actuel, il semble obliger pour le contribuable de prendre en compte la totalité des sommes reversées sur son compte bancaire.

Quels sont les risques en cas de non déclaration?
En Décembre dernier, M. Darmanin a mis en garde les contribuables tentés de ne pas déclarer leurs gains en indiquant qu'ils risquaient un redressement fiscale à la hauteur de la fraude.
Les cryptomonnaies, avec leur réputation d'anonymat, pourrait laisser croire que l'administration n'a aucun pouvoir de contrôle.
En réalité, les transactions dans blockchain du bitcoin peuvent être retracées.
En outre, Le ministère de l'Économie et des Finances dispose d'une cellule spécialisée TRACFin. Il s'agit d'une cellule de renseignent notamment chargée de la lutte contre le blanchiment d'argent.
A partir d'un certain montant transféré sur un compte bancaire, l'établissement financier a une obligation de faire une déclaration de soupçon auprès de TRACFin.
Inutile donc de préciser qu'un virement effectué sur un compte bancaire en provenance d'une plateforme d'échange telles que Kraken ou Coinbase, laisse peu de doute quant à la provenance des fonds.

En cas d'erreur de bonne foi ou de primo défaillance de la part du contribuable, il y a fort à parier que l'administration fiscale saura se montrer clémente.

Quels documents conserver?
Il est impératif de conserver tous les justificatifs permettant de retracer les transactions initiales du compte bancaire vers les plateformes d'échange.
Il faut également conserver l'historique des achats et des ventes de cryptomonnaies sur les plateformes d'échange (avec dates et montants).
Normalement ces éléments sont téléchargeables sur les plateformes.
Les délais de conservation des justificatifs concernant les cryptomonnaies ne sont pas encore vraiment précisés. En revanche, il est établit que pour les valeurs mobilières, les justificatifs doivent être conservés au minimum 5 ans.
Nous vous conseillons donc de vous baser sur une durée similaire concernant les  cryptomonnaies.